Actualités

Scarabée en redressement judiciaire : lettre aux adhérents

Magasin bio BIocoop Scarabée L'orient

Chers coopérateurs et consommateurs,
Vous avez certainement appris, dans la presse, que Scarabée avait été placé en situation de redressement judiciaire. L’ensemble du directoire et moi-même tenions à vous écrire pour vous expliquer la situation de la coopérative.

Le secteur de la bio est durement touché depuis plus d’un an et demi. Un changement d’habitudes de consommation à la sortie de Covid, un désamour de la bio au profit des produits locaux non bio, la confusion entrainée par des labels moins-disant comme HVE ou des logos dits solidaires, durables, etc., fort bien orchestrée dans l’objectif de faire croire que tous se valent, les conséquences du climat actuel sur le moral des Français avec la guerre en Ukraine, la hausse des prix de l’énergie et du carburant, nous ont impacté fortement. Sans parler de l’inflation sur les denrées alimentaires et non-alimentaires. Concrètement, la baisse du pouvoir d’achat a obligé certains ménages à faire des arbitrages sur le choix du lieu de leur consommation, en se tournant vers des enseignes à bas prix.

Nous avons, en début d’année, mis en œuvre une restructuration partielle de la coopérative : fermeture du restaurant de Saint-Grégoire et de nos 2 deux snacks Pique-prune, du labo de transformation charcuterie, de nos 2 micros boucheries dans les magasins du Triangle et Jacques Cartier. Le tout accompagné d’une réorganisation totale de la coopérative et un plan de sauvegarde de l’emploi, impactant 30 personnes, soit pour un reclassement au sein de l’entreprise soit en licenciement économique.

Malheureusement toutes ces actions n’ont pas suffi car le secteur de la Bio a continué à souffrir. Au 1er semestre 2022, plus de 180 magasins spécialisés en bio, toutes enseignes confondues, ont fermé leurs portes, partout en France. Le 2ème trimestre s’annonce encore plus catastrophique et aucune embellie ne se dessine à l’horizon.

Nous avions espéré et travaillé pour qu’adhérents et consommateurs retrouvent le chemin de nos magasins. Malheureusement, notre chiffre d’affaires continue de baisser, quand nos charges restent fixes, engendrant un déséquilibre financier de plus en plus grave. C’est pourquoi, le directoire a choisi de placer la coopérative en redressement judiciaire, plutôt que de laisser la situation se dégrader de façon irrémédiable. Ce redressement a pour objectif de nous donner un appui et plus de sérénité dans nos prises de décisions, notamment grâce à la suspension temporaire d’une partie de nos créances. Le mandataire judiciaire qui nous accompagne désormais va également nous appuyer dans la restructuration de la coopérative. L’objectif étant de sortir au plus vite de ce redressement en ramenant Scarabée à l’équilibre financier. Cet équilibre se construira dans le dialogue avec notre CSE et dans le respect des salariés de la coopérative. Nous mettons tout en oeuvre pour le trouver rapidement et assurer ensemble la pérennité de la coopérative et du projet de Scarabée

Cette situation est difficile car nous n’avons aucune certitude sur l’avenir du marché de la bio. Ce que nous savons, c’est pourquoi nous nous battons et le projet que nous défendons depuis presque 40 ans : le développement d’une agriculture bio exigeante en termes de qualité, construite sur des relations justes et équitables avec nos producteurs et fournisseurs. Depuis 1983, nous nous sommes battus pour le respect de la saisonnalité, le développement des produits locaux, la mise en place de produits en vrac, le zéro déchet, le commerce équitable, la promotion des produits français et l’accessibilité des produits bio pour tous. Ces valeurs sont l’ADN de Scarabée et de Biocoop.

A un moment où nous subissons des changements climatiques importants, où il est établi que l’impact de l’Homme a des effets délétères sur notre planète, il nous semble primordial de continuer à promouvoir les valeurs qui nous animent et qui ont un impact positif pour notre Terre. En tant que consommateur, vous vous posez de plus en plus la question sur la provenance des produits que vous consommez, leurs compositions et comment ils répondent à des critères de santé, leur impact sur
l’environnement en termes d’emballage et de fabrication, les critères sociaux exigeants qu’ils véhiculent, la chaine de valeur entre tous les intermédiaires qu’ils portent. Nous pensons que toutes ces valeurs que nous défendons depuis presque 40 ans, sont celles qui compteront vraiment demain et dans les années à venir. Ce sont celles qui répondent à vos interrogations et aux enjeux actuels auxquels nous faisons tous face.

Le projet de Biocoop, qui a pour objet de protéger la biodiversité, l’agriculture paysanne de proximité, dans la transparence et l’équitée, via le développement de l’agriculture biologique, est fortement porté par Scarabée. Biocoop est le seul distributeur alimentaire à promouvoir ces valeurs et nous ne dévoierons pas ce projet ; nous souhaitons le porter encore plus haut et plus fort afin qu’il soit compris de tous.

Si ces valeurs résonnent en vous, alors n’hésitez pas, Scarabée et ses équipes les portent plus que jamais. Nous avons besoin de vous, mais cela va au-delà de Scarabée. Soutenir le projet Scarabée et le projet Biocoop, l’agriculture bio et toutes ses filières, c’est apporter une réponse concrète positive, tous les jours, aux enjeux climatiques qui nous font face.

La transparence est dans notre ADN, c’est pourquoi nous tenions à vous envoyer ce courrier. Sachez que nous sommes plus que jamais mobilisés, motivés et engagés pour traverser cette période troublée du mieux possible, à vos côtés.

Conscients des interrogations que vous pourriez avoir, le directoire vous propose 3 dates sur les sites de
Cesson-Sévigné : le lundi 21 Novembre de 18h à 20h

Saint-Grégoire : le jeudi 24 Novembre de 18h à 20h
et de Cleunay à Rennes : le lundi 28 Novembre de 18h à 20h.

Nous nous tiendrons à votre disposition afin de répondre aux questions que cette situation pourrait soulever.

Pour le directoire,
Isabelle Baur, présidente du directoire de Scarabée,

Partager