Conso : un riz rappelé par la grande distrib’ à cause d’une présence de pesticides

Conso : un riz rappelé par la grande distrib’ à cause d’une présence de pesticides

Certains lots de riz basmati de la marque Taureau ailé sont rappelés par les enseignes de la grande distribution. En cause : la présence d’un pesticide interdit. Sale temps pour le (…)
Lire la suite →

Lettre aux adhérent.es : Fermeture du Triangle

Lettre aux adhérent.es : Fermeture du Triangle

Chères coopératrices et consomma’ctrices, Chers coopérateurs et consomma’cteurs, Le directoire souhaite vous informer de la suite des événements qui secouent actuellement la coopérative et tout son personnel. Fin novembre, nous vous faisions part (…)
Lire la suite →

Insecticides : la France renonce aux néonicotinoïdes

Insecticides : la France renonce aux néonicotinoïdes

C’est une belle nouvelle pour la biodiversité ! Le feuilleton sur l’interdiction des néonicotinoïdes se termine. Et bien. Cet insecticide particulièrement utilisé sur la betterave et interdit par l’Union Européenne en (…)
Lire la suite →

Bilan d’un hiver solidaire

Bilan d’un hiver solidaire

Cet hiver a été solidaire ! Scarabée a une nouvelle fois participé à plusieurs opérations de solidarité et, bonne nouvelle : vous vous êtes montrés très généreux ! Retour sur des chiffres qui (…)
Lire la suite →

Zéro déchet : les bons plans de janvier

Zéro déchet : les bons plans de janvier

Zéro déchet : go go gooooooo. En janvier, nous vous proposons de concrétiser les bonnes résolutions avec les gestes zéro déchet. Le zéro déchet à Biocoop Selon le WWF, il faudrait 1.75 Terres pour (…)
Lire la suite →

Épandages de pesticides : une bonne nouvelle pour débuter l’année

Épandages de pesticides : une bonne nouvelle pour débuter l’année

Épandage de pesticides : le gouvernement condamné pour la troisième fois par le Conseil d’État. La lutte contre l’épandage des pesticides ne prend pas de pause à Noël. Le Collectif de soutien aux victimes des pesticides de l’Ouest nous apprend la (…)
Lire la suite →

décembre 2022

L’édito

QUAND LES MASQUES TOMBENT

Depuis plusieurs mois, la consommation bio est en berne, entrainant de facto une crise au niveau de l’agriculture bio. Si la coopérative rennaise, Scarabée, adhérente du réseau Biocoop, a développé ses points de vente c’est bien pour servir le projet Biocoop qui est de développer une agriculture bio, paysanne et locale.

 
Ce projet, nous le portons depuis presque 40 ans, tous les jours via nos magasins et nos restaurants. J’ai coutume de dire que 1m2 de magasin égal 1 hectare de surface en Bio de créé.
 

Depuis une dizaine d’années, la grande distribution s’est penchée sur le berceau de l’agriculture biologique avec pour effet positif de sortir la bio de sa consommation de niche en la faisant découvrir au plus grand nombre. Mais les exigences du cahier des charges bio étant très hautes, la grande distribution a fait du lobbying auprès du parlement européen dans l’objectif de diminuer ce cahier des charges. Ne pouvant pas toujours y accéder, elle à créé une multitude d’artifices et de labels, ayant pour objectifs de faire croire aux consommateurs que tout se valait. Elle a annoncé à grand renfort de publicité «avoir pour mission de nourrir le monde avec une alimentation saine», elle a démultiplié ces produits en rayons, sans hésiter à vendre du bio venant de l’autre coté de la planète et hors saison ; qu’importe la provenance, pourvu qu’on ait le label et le porte-monnaie du client !

 

Alors qu’aujourd’hui les ventes de produits bio chutent, la grande distribution diminue de façon drastique son offre en produits bio, laissant sans vergogne des pans entiers des filières de production au bord du chemin. Producteurs qui se sont organisés pour fournir en volumes les grands supermarchés. Après avoir dépensé des millions en communication pour nous faire croire qu’ils lavaient plus vert que vert, plus aucun budget n’est alloué à ce créneau.

 
Aujourd’hui, comme les rayons bio ne sont plus suffisamment lucratifs, l’impact sur la protection de la biodiversité, de la qualité de l’eau, de la lutte contre le réchauffement climatique et la santé des français, ne sont plus la préoccupation de ces grands groupes. La manne de profit qui y était associée, n’existe plus, alors au diable l’environnement.
 

Les masques tombent.

Isabelle Baur

Présidente du Directoire de Scarabée

Magasin bio et local