Actualités

Des nouvelles du front de la bio

Des nouvelles du front de la bio.

Des nouvelles du front de la bio. Dans une période de crise telle que celle que nous traversons, la tentation peut être grande d’abandonner ses valeurs au profit d’une meilleure rentabilité à court-terme. Le réseau Biocoop a fait le choix inverse : notre réseau indépendant choisit de continuer à prôner la radicalité de son projet historique. Mi-novembre, sur le réseau social Linked In, Pierrick de Ronne, président de Biocoop, réaffirmait les engagements de Biocoop.

 

« La Coopérative Biocoop ne dérogera jamais de son projet historique : défendre une agriculture biologique coopérative et équitable.

Le marché bio connaît un décrochement depuis quelques mois, c’est une évidence. Il est capital de se poser les bonnes questions et d’adapter nos actions afin de revaloriser LE label le plus exigeant du marché aujourd’hui. (…)

Quand Naturalia fait le choix de, potentiellement, ne plus être un spécialiste bio, nous assumons nos choix motivés par le développement de la bio. Le commerce n’étant qu’un moyen d’y parvenir.

Nous allons continuer de creuser le sillon que nous proposons depuis 35 ans. Nous ne changeons pas de stratégie au gré des études consommateurs. La raison d’être d’un réseau spécialisé est d’être différenciant et de montrer sa valeur ajoutée par rapport à la distribution généraliste. Aujourd’hui, cette dernière porte l’essentiel de la consommation en France. Si vous n’avez plus de valeur ajoutée, votre réseau disparaît.

Chez nous elle est portée par le projet militant pour la bio. Là, le but n’est pas de gagner des parts de marché pour gagner des parts de marché, mais de s’assurer que le consommateur, en venant chez Biocoop, fait un acte de consommation militant, vote avec sa carte bleue, et amène une différenciation forte sur le marché de l’alimentaire en France.

En proposant des produits engagés, en prônant la radicalité, en défendant l’Economie sociale et solidaire et en portant la bio militante locale et équitable dans les instances de décision politique, nous prenons nos responsabilités.

Notre posture d’entrepreneurs militants s’est traduite par un développement économique et des prises de part de marché, encore aujourd’hui sur un marché en décroissance. Ce n’est pas un but en soi mais une reconnaissance par les consommateurs citoyens de la capacité d’influence que nous leur donnons quand ils font leurs achats chez nous.

Ce qui nous importe, c’est de peser sur les changements du monde et de pousser nos engagements jusqu’au bout. Ce qui fait de Biocoop le deuxième vendeur de bio, le premier vendeur de vrac et le premier vendeur de produits équitables en France.
Cela passe par une amélioration de notre efficience sur toute la chaîne de valeur (des fermes aux magasins) et par nos positionnements de marché (des prix justes et accessibles, une offre qui porte nos engagements et de beaux magasins accueillants). Et cela passe aussi par notre activisme politique, vecteur de confiance dans notre avenir.

Nous sommes convaincus que même sur un marché dégradé, les consommateurs reconnaîtront toujours la proposition la plus cohérente et sauront toujours reconnaître la convergence entre les discours et les actes. »


 

Lire aussi :

Fermeture de 3 magasins Scarabée, lettre aux adhérent.es

Bio à petits prix et soutien à la production locale

Des prix engagés, pour tous, tout le temps


Cet article vous a plu ? Vous pouvez suivre notre actualité chaque mois en vous inscrivant à notre newsletter.

S’abonner à la newsletter Scarabée

Partager